26 juillet 2020

Jeu de mots – n°1


Il y a des choses qu’on doit faire demain, et des choses qu’on a fini de faire hier. Mais combien sommes-nous capables de réaliser qu’aujourd’hui ne sera pas demain la veille. Que nous ne comprendrons toujours pas pourquoi arrive si vite le lent demain.

« Jeu de mots » est une série de réflexions et d’histoires quotidiennement recueilli sur un pense-bête. Ces mots ont finalement décidé de raconter leur histoire.

Dring, dring ! Ça y est, il fait encore jour. Quelques-uns sont déjà éveillés, d’autres ne le sont toujours pas. Mais le réveil sonnera pour nous tous avant le trépas. Et dans la plupart des cas, on réalise trop tard que la mort n’était pas une raison de vivre.

Le paradoxe, c’est qu’on rêve tous de vivre au présent. Mais on se rappelle toujours à quel point le passé est composé. Donc on fait semblant d’être plus que parfait. Alors que rien ne garantit que le futur sera simple.

C’est ainsi, l’humain a toujours été de nature à dénaturer les choses. Toujours à dévisager, mais jamais à envisager. Quand il agit mal, on dit qu’il perd conscience. Mais quand il agit bien, là, on dit qu’il prend conscience.

Remarque, ce n’est pas facile, détourner ses vices pour réviser les vices des autres. Parmi les humains, il y en a certains qu’on traite de fou et à d’autres, on a dit qu’ils sont complexes. Mais c’est tous ensemble qu’ils vont s’enjailler au MAD COMPLEXE.

Une fois qu’on se rend compte qu’on a plus toute la vie. On n’a plus le temps attendre, on veut tout toute suite, et pour se rassurer, on se dit qu’on y est presque. Tout ce temps perdu, on l’appelle gagner sa vie.

Partagez

Commentaires